Cancérologie

Faut-il faire une radiothérapie aux cancers du poumon opérés ?

La question de l’utilité de la radiothérapie post-opératoire des cancers bronchiques non à petites cellules, se pose depuis 1965 et n’est toujours pas tranchée.

Des études randomisées ont comparé la radiothérapie à la simple observation des cancers non à petites cellules opérés, mais elles sont hétérogènes et leurs méta-analyses déjà anciennes n’avaient pas permis de conclure à un bénéfice[1].

Ces essais suggéraient même un effet délétère pour les stades I. Il faut dire que la plupart des essais qui étaient méta-analysés étaient très anciens et utilisaient le cobalt 60, une méthode de radiothérapie aux effets toxiques sur les fonctions cardiaques et respiratoires.

Une publication récente rapporte les résultats d’une étude rétrospective portant sur un grand nombre de patients, tous opérés en résection complète d’un cancer non à petites cellules de stade IIIA[2]. Tous les patients avaient reçu une chimiothérapie adjuvante car ils avaient un stade ganglionnaire N2.

 

Deux cohortes sont issues de cette analyse, celle de patients n’ayant pas reçu la radiothérapie post-opératoire (2 175 malades), celle des patients l’ayant reçue (516 patients).

Il y a deux biais potentiels à une telle étude : celui lié aux défauts d’équilibre des co-variables et celui lié à la garantie de temps que confère le fait d’avoir été irradié (car par définition un patient qui a eu une radiothérapie a au moins survécu le temps de la radiothérapie). Pour les contourner, les auteurs ont cumulé deux techniques d’analyse : d’une part, l’appareillage des observations par un score de propension, lequel permet de s’affranchir du déséquilibre des co-variables en "imitant" une randomisation, et d'autre part une analyse au Landmark : en commençant l'analyse de la survie 180 jours après la chirurgie, les auteurs sont certains que tous les patients ont « passé le cap » et sont à égalité de survie puisque la date d’origine des courbes se situe après la période théorique du traitement post-opératoire et post radiothérapie si celle ci a été faite.

Avec de telles corrections méthodologiques, la réduction du risque de décès dans le groupe des patients ayant reçu la radiothérapie est de 23% (rapport de risque = 0,77; P = 0.009).


Une étude observationnelle telle que celle-ci ne peut être une preuve formelle d’un niveau équivalent à celui d’une étude de phase III, mais il y a là un argument suggérant l’utilité de la radiothérapie à la dose de 54 Gy minimum, délivrée en modalité conformationnelle, après l’exérèse complète et la chimiothérapie adjuvante d’un cancer non à petites cellules de stade IIIA N2.

L'étude de phase III LUNG aRT encore en cours de recrutement permettra d'apporter une réponse définitive[3].

 

Jean Louis Pujol

Unité d'oncologie Thoracique au CHU de Montpellier

 

Publié le 21/07/2017

 


[1] PORT Meta-analysis Trialists Group. Postoperative radiotherapy for non-small cell lung cancer. Cochrane Database Syst Rev. 2000;(2):CD002142. Review. Update in: Cochrane Database Syst Rev. 2003;(1):CD002142.
 
[2] Herskovic A, Mauer E, Christos P, Nagar H. Role of Postoperative Radiotherapy in Pathologic Stage IIIA (N2) Non-Small Cell Lung Cancer in a Prospective Nationwide Oncology Outcomes Database. J Thorac Oncol. 2017;12:302-313.
 
[3] Herskovic A, Mauer E, Christos P, Nagar H. Role of Postoperative Radiotherapy in Pathologic Stage IIIA (N2) Non-Small Cell Lung Cancer in a Prospective Nationwide Oncology Outcomes Database. J Thorac Oncol. 2017 Feb;12(2):302-313.
 

 

 

Ouvre un lien interne dans la fenêtre couranteRetour au sommaire de la newsletter

  

  

 

Vous recherchez
Prendre rendez-vous
Examens
Prises en charge spécifiques
Numéros d'urgence
Samu
Samu
###POMPIERS_IMG_ALT###
Pompiers
Croix Rouge des urgences
Tous les numéros
Localiser

CHU de Montpellier

191 avenue du Doyen Gaston Giraud
34090 Montpellier

Actualités
Bravo au Dr Vincent Gatinois !
"Toques en truck" a fait étape à Arnaud de Villeneuve
5ème IRM pour le CHU de Montpellier
Agenda
Training in english (translation in french)
Le Réseau Hépatites organise une journée de conférences et d'ateliers
Docuthèque

TEC & ARC hospitaliers TEC & ARC hospitaliers, les essais cliniques même combat ou presque ! > Télécharger pdf - 276Ko

> Tous les documents