Greffe

Le CHU a célébré sa 1000ième greffe hépatique

En 1972, le Professeur Georges MARCHAL réalisait, au CHU, la première greffe de foie en France. Quarante ans plus tard, les équipes qui lui ont succédé dans notre établissement, ont réalisé 1 000 interventions de ce type.

L’ensemble des acteurs de la greffe, réunis autour de l’équipe de chirurgie digestive et transplantation (Pôle Digestif), ont contribué à faire du CHRU de Montpellier l’un des centres français d’excellence sur la greffe de foie : l’établissement figure ainsi parmi les cinq premiers centres français, tant pour le nombre d’interventions réalisées chaque année (69 greffes hépatiques en 2012), que pour les résultats obtenus (évaluation nationale par l’Agence de la Biomédecine). Il propose également des prises en charge innovantes, à l’instar des greffes de foie sur des patients alcooliques, pour lesquelles il est reconnu comme l’un des centres de référence au niveau national.

 

La greffe de foie : solution ultime pour certaines pathologies

 

Les principales maladies du foie sont des maladies génétiques ou congénitales du foie, des cancers, des hépatites virales ou médicamenteuses, des maladies auto-immunes ou dues à la consommation excessive d’alcool. Le foie possède une remarquable capacité de régénération après la plupart des maladies qui le touchent. Cependant, dans certains cas, il peut subir des dommages irréversibles qui vont laisser des séquelles et nécessiter une greffe de foie.

 

Pour certains patients et selon leur diagnostic, des tests vont être réalisés pour confirmer la possibilité d’une greffe. Cette confirmation obtenue, le patient sera alors inscrit sur la liste des patients en attente de greffe. Il s’agit d’une liste nationale, classant, selon des priorités médicales, l’ensemble des patients en attente d’une transplantation.


La greffe de foie : un travail d’équipe

 

La transplantation hépatique est l’une des activités hospitalières qui fait intervenir le plus grand nombre d’acteurs, tant pour le parcours du greffon que pour celui du patient greffé.

 

Ainsi, avant la transplantation, le patient est pris en charge et suivi par les équipes du département d’hépato-gastro-entérologie du CHRU (Pr LARREY, Pr PAGEAUX). Une fois le diagnostic posé, la nécessité d’une greffe est identifiée.

 

Le patient est alors hospitalisé pour subir une batterie de tests et d’examens permettant de déterminer s’il peut bénéficier d’une greffe. Dans ce cas, il est alors inscrit sur la liste des patients en attente de greffe (liste nationale) et continue d’être suivi par les équipes du CHRU. Il bénéficie d’une préparation à la transplantation, par des traitements médicaux, un suivi psychologique et diététique.

 

Vient ensuite le prélèvement du greffon : lorsqu’un donneur potentiel est identifié, le consentement au don pour la greffe est recherché. En France, le consentement est présumé : la loi considère en effet que le patient consent par défaut au don de ses organes. Seuls les refus explicites sont enregistrés par l’Agence de la Biomédecine. La famille est toutefois consultée et son consentement recherché par la coordination des prélèvements de l’hôpital concerné.

 

Une véritable course contre la montre s’engage alors : le greffon peut venir de tout établissement hospitalier français habilité à prélever. L’équipe de chirurgie digestive et transplantation réalise le prélèvement du greffon, qui est acheminé vers le prochain patient figurant sur la liste d’attente. C’est l’équipe chirurgicale qui réalisera la transplantation qui vient chercher le greffon et le conduit vers son centre, par le moyen le plus rapide (route ou avion).

 

Pendant ce temps, le patient receveur est prévenu par la coordination des prélèvements d’organes et des greffes (Dr Florence VACHIERY-LAHAYE), qui organise l’ensemble de la prise en charge. Il se rend au CHRU de Montpellier où il est accueilli par les équipes du département de chirurgie digestive et transplantation (Pr Francis NAVARRO), puis du bloc opératoire. Endormi par les anesthésistes-réanimateurs, il bénéficie alors de la transplantation, intervention très complexe réalisée par les chirurgiens et qui peut durer plusieurs heures. Les médecins et chirurgiens sont assistés de professionnels soignants (infirmiers de bloc, infirmiers anesthésistes, aides-soignants, etc).

 

Le patient est ensuite hospitalisé en réanimation (Pr Samir JABER) pour une durée pouvant aller de quelques jours à quelques semaines, puis dans le service d’hospitalisation du département de chirurgie digestive et transplantation. Il est pris en charge par une équipe pluridisciplinaire (chirurgiens, réanimateurs, infirmiers, aides-soignants, diététiciens, psychologues, etc). Il regagnera ensuite son domicile et fera l’objet d’un suivi rapproché de la part des équipes du CHRU. Il bénéficiera, toute sa vie, d’un traitement immuno-suppresseur (anti-rejet).

 

Si la greffe proprement dite est réalisée par les chirurgiens, la prise en charge d’un patient pour une transplantation hépatique apparaît ainsi comme un véritable travail d’équipe, une « chaîne humaine » dans laquelle l’efficacité de chaque maillon est primordiale pour garantir les meilleures chances de réussite de la greffe.

 

Des besoins croissants

 

En France, le nombre de patients nécessitant une greffe est en constante augmentation, toutes régions confondues. Il s’élève désormais à 24,4 patients par million d’habitants (données 2010, Agence de la Biomédecine).

 

Chaque année, plus de 1 000 patients bénéficient d’une transplantation hépatique en France, dont 27% pour une cirrhose alcoolique. Cette pathologie constitue à ce jour la première indication de la transplantation hépatique en France, et la deuxième en Europe et aux Etats-Unis. La greffe de foie est la deuxième transplantation la plus pratiquée, après celle du rein.


Le CHRU de Montpellier : centre français d’excellence sur la greffe de foie

 

Au CHRU de Montpellier, la transplantation hépatique fut initiée par le Professeur Georges MARCHAL, qui réalisa, en 1972, la première intervention française de ce type. Interrompue plusieurs années du fait de difficultés rencontrées dans les traitements immuno-suppresseurs (anti-rejet), elle a été relancée en 1989 par les Professeurs BAUMEL, MICHEL et DOMERGUE.

 

Depuis cette date, l'ensemble des équipes se sont structurées dans une véritable filière dont chaque maillon est indispensable pour la réussite de la transplantation.

 

A ce jour, l’équipe de chirurgie digestive et transplantation (Pr Francis NAVARRO) du CHRU figure parmi les cinq premiers centres français, tant pour le nombre de greffes réalisées (plus de 70 attendues en 2013) que sur les résultats obtenus.

 

Au CHRU le taux de survie à 2 ans est supérieur à 90% et le taux de survie à 5 ans dépasse 70% : il s’agit d’excellents résultats compte tenu de la gravité des pathologies concernées et comparativement aux autres centres français. Il témoigne du haut niveau de technicité et de compétence du centre greffeur de Montpellier.

 

La greffe de foie pour patients alcooliques : le CHRU pionnier et centre de référence

 

Dans 70% des cas, la greffe de foie est réalisée suite à une cirrhose. Celle-ci peut être virale (60% des cas – exemple : hépatite C) ou alcoolique (40% des cas).

 

Si la cirrhose alcoolique représente aujourd’hui la première indication des transplantations en France, cela n’a pas toujours été le cas. Le Pr Georges-Philippe PAGEAUX (département d’hépato-gastro entérologie du CHRU de Montpellier, Hôpital Saint-Eloi), figure, en effet, parmi les praticiens précurseurs dans cette pratique depuis de nombreuses années.

 

Son activité innovante et ses nombreuses publications scientifiques ont permis la reconnaissance du CHRU comme centre de référence des cirrhoses alcooliques en France.

 

 

Date de publication : 06/01/2014

Vous recherchez
Prendre rendez-vous
Examens
Prises en charge spécifiques
Numéros d'urgence
Samu
Samu
###POMPIERS_IMG_ALT###
Pompiers
Croix Rouge des urgences
Tous les numéros
Localiser

CHU de Montpellier

191 avenue du Doyen Gaston Giraud
34090 Montpellier

Actualités
Le CHU labellisé centre expert RAAC par l’association GRACE
Un 6ème scanner dédié exclusivement aux patients externes
Deux dons d'AG2R LA MONDIALE pour nos petits patients
Agenda
Certification des établissements de santé en Occitanie
Le département d'Hépato-gastro-entérologie organise sa 23ème journée au phare de la Méditerranée de Palavas
Docuthèque

TEC & ARC hospitaliers TEC & ARC hospitaliers, les essais cliniques même combat ou presque ! > Télécharger pdf - 276Ko

> Tous les documents