Ophtalmologie

Myopie, et si vous « preniez l’air » ?

Le Dr Vincent Daien, spécialisé en ophtalmologie pédiatrique médicale et chirurgicale (CHU, Gui de Chauliac) et épidémiologiste à l’INSERM unité 1061 parle d’une progression fulgurante de myopie ces dernières années. On évoque même une épidémie tant le phénomène est conséquent même si la myopie n’est évidemment pas contagieuse. Comment est-ce possible, pourquoi et comment endiguer cette propagation ? Le Dr Daien répond à ces questions.

Dr Daien, vous avez été présent dans les médias dernièrement pour parler de l’épidémie de myopie. Comment est-ce possible ?

Les journalistes ont en effet utilisé le terme d’épidémie car on constate une forte augmentation de la myopie. C’est devenu un problème de santé publique. Dans les zones industrialisées d’Asie, la prévalence est passée de 20 % à plus de 80 %. Aux États-Unis, de 20 % dans les années 80, à 40 %. En Europe, on est à plus de 45 %. L'Asnav, association nationale pour l'amélioration de la vue, estime qu'en 2015, un quart des 16-24 ans est myope. La myopie ne se limite pas à voir flou de loin. Les conséquences de ce problème de la vision peuvent être graves avec le glaucome, la cataracte précoce et même le décollement de rétine.

 

Mais la myopie existe depuis longtemps, pourquoi s’en inquiéter maintenant ?

Ce qui est grave c’est qu’elle apparait de plus en plus jeune et que son incidence augmente. Il y a évidemment des facteurs génétiques sur lesquels on ne peut pas agir : quand on a 1 parent myope le risque d’être myope est multiplié par 2 et quand on a 2 parents myopes, le risque est multiplié par 8. Mais on peut intervenir sur d’autres facteurs de risques. Nous avons récemment étudié la question au travers d’une publication dans l’European journal of ophtalmology.  Il existe un lien significatif entre le manque d’exposition à la lumière naturelle et l’augmentation de la myopie. En effet, la lumière naturelle favorise la sécrétion de dopamine qui va limiter l’allongement de l’œil et la myopie. Dans une cohorte de 863 enfants australiens, les myopes passaient 16,3 heures par semaine à l’extérieur, contre 21 heures pour les autres. Un autre facteur qui semble favoriser le développement et l’évolution de la myopie est la répétition d’efforts accommodatifs (vision de près). Cela nous incite à limiter le temps que nos enfants passent devant des écrans en vision de près (smartphone, tablette) car l’œil de l’enfant est immature et particulièrement sensible : il est en croissance jusqu’à l’âge de 3 ans et l’ensemble des fonctions visuelles ne sont acquises qu’à l’adolescence.

 

Peut-on soigner la myopie ?

On ne peut pas en guérir mais on peut freiner sa progression. Il existe différents moyens à l’étude. Il y a, bien sûr, le port de lunettes avec une correction adaptée. Il existe aussi un collyre à l’atropine actuellement utilisé en Asie mais dont les effets au long cours sont peu connus. On peut enfin avoir recours à l’orthokératologie. Cela consiste à porter des lentilles rigides durant son sommeil pour modifier la courbure de la cornée. Cette technique apparait comme intéressante. Enfin il faut garder en mémoire qu’en cas de chirurgie réfractive visant à corriger la myopie, le risque de déchirure/décollement de rétine persiste et un contrôle du fond d’œil reste indiqué. 

 

Ouvre un lien interne dans la fenêtre couranteRetour au sommaire de la newsletter

  

Vous recherchez
Prendre rendez-vous
Examens
Prises en charge spécifiques
Numéros d'urgence
Samu
Samu
###POMPIERS_IMG_ALT###
Pompiers
Croix Rouge des urgences
Tous les numéros
Localiser

CHU de Montpellier

191 avenue du Doyen Gaston Giraud
34090 Montpellier

Actualités
Futurapolis Santé : savoir rester jeune !
Le CHU et l’Université à l’honneur pour combattre le cancer
Polypathologie : Deux programmes pour aider les patients !
Agenda
Sur le thème "De la recherche aux bonnes pratiques cliniques : une évidence ?"
Dans le hall de l'hôpital Gui de Chauliac de 9h30 à 16h
Docuthèque

TEC & ARC hospitaliers TEC & ARC hospitaliers, les essais cliniques même combat ou presque ! > Télécharger pdf - 276Ko

> Tous les documents