Votre hôpital

Votre engagement

Vous participez à la sécurité de votre «prise en soins»

Vous participez directement à la sécurité de vos soins en partageant avec les soignants des informations que vous avez et qu’ils ont à connaître et à vérifier.  Il est important que certaines de ces informations soient vérifiées à plusieurs reprises et de telles procédures répétées doivent vous rassurer et non vous inquiéter.

 

Ainsi il est important :

 

• que vous participiez directement à votre identification dès votre admission, mais aussi tout au cours de votre parcours de soins,

 

• que vous indiquiez les proches que vous souhaitez voir vous entourer et vous aider,

 

• que vous puissiez désigner une «personne de confiance» chargée de vous aider et de vous représenter si besoin, et rappeler les «directives anticipées» que vous avez pu faire connaître par écrit. L’équipe soignante a obligation de vous poser des questions sur ces deux points,

 

• que vous puissiez donner et rappeler des informations  sur  les éléments récents qui motivent les soins actuels (conditions et début des troubles, côté atteint,…) mais aussi sur les points importants de votre histoire de santé, personnelle et le cas échéant familiale : grossesses et accouchements, maladies, opérations chirurgicales, allergies…

 

• que vous puissiez parler de vos habitudes de vie,

 

• que vous donniez toutes les précisions possibles sur le traitement que vous suivez actuellement, et le plus sûr est de pouvoir transmettre l’ordonnance (ou les ordonnances) de votre traitement actuel. Le médecin et le cadre de santé qui coordonnent votre parcours de soins hospitalier sont chargés pendant votre séjour du suivi de ce traitement, de ses modifications éventuelles et de la coordination, avec votre médecin traitant, du traitement que vous aurez à suivre lors de votre sortie de l’hôpital.

 

Les points importants de votre histoire personnelle de santé : maladies, opérations chirurgicales, allergies...

 

 

Les dommages liés aux soins

 

Notre CHU s’est engagé, sur la recommandation de la Haute Autorité de Santé (HAS), à améliorer l’information du patient sur un dommage associé aux soins. Aujourd’hui, l’usager d’un système de santé est vigilant en matière de gestion des risques liés aux soins.

 

Les usagers d’un système de santé en attendent les soins les mieux adaptés à leur état de santé et l’assurance que tout est fait dans ces soins pour «veiller à ce que leur capital santé restant ne soit pas dégradé».  La gestion des risques en santé est donc un enjeu majeur de la qualité et de la sécurité des soins.

 

Le dommage associé aux soins subi par le patient est un évènement inattendu qui peut être dû à des complications liées à sa maladie, un aléa thérapeutique, une erreur. La survenue d’un évènement indésirable grave associé aux soins est rarement liée au manque de connaissance des professionnels. Un tel évènement résulte systématiquement de la combinaison de causes diverses, liées à la qualité directe du soin mais aussi à de multiples facteurs dans l’organisation générale de l’environnement matériel et humain dans lequel ce soin est donné.

 

L’usager d’un système de soins sait aujourd’hui que le risque zéro n’existe pas et comprend que comme toute activité humaine, l’activité de soin n’est pas à l’abri de l’erreur. Il n’admet par contre pas, à juste titre, qu’on ne cherche pas à réduire les risques évitables et a fortiori qu’on puisse les lui cacher ou dissimuler une erreur. «L’erreur n’est pas une faute si tout est fait pour qu’elle ne se reproduise pas».

 

Annoncer un dommage associé au soin, c’est renforcer la confiance que le patient porte à l’équipe soignante.

 

La confiance mutuelle entre soigné et soignant n’est pas un principe. Elle se fonde sur le partage de valeurs que sont la dignité et le respect, la vigilance et la responsabilité, la réciprocité, la transparence et la loyauté. Elle nécessite une information claire et loyale, que nous devons a priori au patient sur le rapport bénéfice/risque du soin qu’on lui propose. Elle rend impérative l’annonce d’un dommage associé au soin survenu a posteriori.

 

Les conditions d’annonce de ce dommage, la proposition des mesures à prendre pour en corriger l’impact sur la santé du patient, l’information sur les actions mises en œuvre pour que ce dommage ne se reproduise pas doivent maintenir la confiance et la renforcer.

 

 

Vous recherchez
Prendre rendez-vous
Examens
Prises en charge spécifiques
Numéros d'urgence
Samu
Samu
###POMPIERS_IMG_ALT###
Pompiers
Croix Rouge des urgences
Tous les numéros
Localiser

CHU de Montpellier

191 avenue du Doyen Gaston Giraud
34090 Montpellier

Actualités
Pourquoi se former à la gériatrie-gérontologie ?
Bravo au Dr Vincent Gatinois !
"Toques en truck" a fait étape à Arnaud de Villeneuve
Agenda
Le Réseau Hépatites organise une journée de conférences et d'ateliers
Sur le thème : "Maladie chronique : quand le patient prend sa place"
Docuthèque

TEC & ARC hospitaliers TEC & ARC hospitaliers, les essais cliniques même combat ou presque ! > Télécharger pdf - 276Ko

> Tous les documents