Nos activités

Induction de l’ovulation 

  • Clomid 
  • Gonadotrophine 
  • Pompe LHRH 

L’insémination artificielle avec le sperme du partenaire consiste à placer dans l’utérus des spermatozoïdes du partenaire qui ont été sélectionnés au préalable sur un prélèvement de sperme.

Le pré requis de cette technique est l’intégrité des trompes et une quantité de spermatozoïdes suffisantes (> 1millions de spermatozoïdes par 0,3ml après test de migration survie TMS) 

Les indications de cette technique sont donc :

  • l’infertilité inexpliquée 
  • les anomalies très modérées du spermogramme ou l’éjaculation rétrograde
  • les causes cervicales

 

Les étapes : 

  • Contrôle et stimulation des ovaires 
    • On stimule les ovaires en administrant des hormones (folliculostimulante FSH ou HMG), et on contrôle le déroulement du cycle avec des échographies jusqu’à ce que le nombre et la taille des follicules soient appropriés (on cherche à recruter 1à 3 follicules matures ). 
    • A ce moment-là, l’administration d’une autre hormone qui imite la LH (LH= hormone qui induit naturellement l’ovulation) provoque la libération de l’ovule 36h après.                            
  • Sélection préparation des spermatozoïdes  
    • Le jour-même de l’insémination, le partenaire fait un prélèvement  de sperme au laboratoire. L’échantillon est traité pour séparer les spermatozoïdes mobiles des autres composants. Ceci fait, on obtient une concentration de spermatozoïdes mobiles (plusieurs millions) suffisante pour pratiquer l’insémination.
  • Insémination 
    • Le jour de l’ovulation, l’échantillon de spermatozoïdes est aspiré dans une fine canule, puis injecté dans l’utérus. C’est un procédé simple, indolore et très similaire à un simple examen gynécologique.
      Probabilité de grossesse : entre 10 et 20% par cycle. 
      Six tentatives peuvent être réalisées au maximum. 
      Voir le parcours IAC dans notre centre

La FIV est une technique de laboratoire consistant à féconder vos ovocytes (ovules), avec les spermatozoïdes de votre partenaire.

Afin d’obtenir plusieurs embryons , une stimulation ovarienne est pratiquée afin de recueillir de nombreux ovocytes. 

Les étapes :

Contrôle et stimulation des ovaires

La stimulation consiste à remplacer le cycle menstruel spontané par un cycle médicalement contrôlé. Des hormones vont être administrées afin de stimuler les ovaires et favoriser le développement simultané de plusieurs follicules. Chacun de ces follicules contient théoriquement un ovocyte. L'évaluation de la stimulation est suivie par la mesure des taux hormonaux dans le sang (prise de sang) et par le contrôle de la croissance des follicules (échographie) : c'est le monitorage

Afin d’empêcher une ovulation intempestive, la stimulation nécessite une phase de blocage du cycle spontané. 

Il existe essentiellement 2 types de blocage de l'ovulation qui vont déterminer 2 grands types de protocoles de stimulations : 

  • Le protocole long "agoniste long" (25 à 30 jours) :
    Blocage de l’ovulation par analogues de la LHRH pendant 10 à 20 jours sous forme d’une injection unique retard ou d’injections journalières, puis ajout pour stimulation de l’ovulation de FSH ou HMG pendant 10 à 12 jours.
  • Le protocole court "antagoniste" (environ 14 jours) :
    Stimulation par FSH ou HMG dès le deuxieme jour des regles, puis ajout d’un antagoniste de la Gnrh (cetrorelix ou ganerelix) aux alentours du 6ième jour de stimulation.  

Le choix entre ces 2 protocoles dépend de multiples paramètres et sera donc personnalisé pour chaque patiente. 

Le déclenchement 

Lorsqu'un nombre suffisant de follicules bien développés sont visibles à l'échographie, le moment est venu de déclencher l'ovulation par une seule injection d'HCG : ovitrelle  (ou parfois decapeptyl 0,2). Celle-ci permet d'achever la maturation finale de l'ovocyte. 

La ponction est réalisée environ 36 heures après cette injection, soit quelques heures avant que les ovocytes soient expulsés de l’ovaire. 

La ponction 

La ponction, ou recueil d'ovocytes, consiste à aspirer sous contrôle échographique le contenu des follicules ayant atteint une taille adéquate. Le nombre d'ovocytes n'est donc pas toujours égal au nombre de follicules.  

La ponction se déroule sous anesthésie locale ou générale. 

Le geste est guidé par une échographie vaginale et dure 10 à 20 minutes

Le contenu des follicules est aspiré et envoyer au laboratoire. Le liquide folliculaire est analysé au laboratoire et l'on récupère les ovocytes qu'il contient. 

Une fois extraits, les ovocytes sont conservés quelques heures dans un milieu de culture, tandis qu’on prépare le sperme en isolant les spermatozoïdes mobiles.

Prélèvement de sperme 

Le jour-même de la ponction, le partenaire fait un prélèvement  de sperme au laboratoire. L’échantillon est traité pour séparer les spermatozoïdes mobiles des autres composants.et préparé de manière à isoler les meilleurs spermatozoïdes. 

Fécondation in vitro FIV

La FIV classique consiste à mettre en contact chaque ovocyte prélevé avec de nombreux spermatozoïdes. Un d’entre eux fécondera l’ovocyte.

La FIV ICSI consiste à choisir un spermatozoïde et à l'injecter directement dans l'ovocyte. Cette micro-injection est renouvelée pour chaque ovocyte fécondable.  L’ICSI impose une préparation spéciale des ovocytes et des spermatozoïdes. La couronne de cellules qui entoure l’ovocyte est enlevé pour visualiser l’endroit où va se faire la micro-injection : c’est la «  décoronisation  ». La capacité des ovocytes à être fécondés est évaluée de manière plus précise. Seuls les ovocytes matures seront micro-injectés. Les ovocytes sont ensuite remis dans une boîte contenant un milieu de culture favorable à leur developpement dans l’incubateur à 37°C pour les étapes suivantes.    Les ovocytes sont observés le lendemain (J1) pour savoir si ils ont été fécondé.

Ovocyte fécondé (2 pronucléi) Les embryons sont observés le jour 2 J2 :

Les embryons sont observés le jour 3 J3 :

Certains sont transférés à ce stade et d'autres sont poussés en culture prolongée jusqu'au stade blastocyste :   

 

Le DPI permet de détecter la présence d'éventuelles anomalies génétiques ou chromosomiques dans les embryons conçus après fécondation in vitro.   

Aidez des couples à devenir parents par le DON D'OVOCYTE et le DON de SPERME 

Le donneur de spermatozoïdes ou la donneuse d’ovocytes doivent être père ou mère d’au moins un enfant. S’ils vivent en couple, l’accord de l’autre membre du couple est requis. Le don est gratuit, secret et anonyme. L’âge limite est de 36 ans pour les donneuses et 45 ans pour les donneurs. De nouveaux dons sont toujours nécessaires. 

Le don d'ovocyte

Contact : 04 67 33 25 35.

Le don d’ovocyte consiste à utiliser des ovocytes obtenus auprès d’une autre femme consentante, afin de réaliser une FIV avec les spermatozoïdes du conjoint de la receveuse et à transférer les embryons chez la receveuse.

Dans quelles circonstances peut-on recevoir des ovocytes?

  • Insuffisance ovarienne sévère
  • Certaines anomalies génétiques
  • Anomalie morphologique ovocytaire

 

D'où proviennent les ovocytes?

Les donneuses ont entre 18 et 36 ans, sont en bonne santé (consultation génétique et vérification sérologiques).  Afin de recueillir leurs ovocytes , une stimulation des ovaires ainsi qu’une ponction ovocytaire seront réalisés (avec les même traitement qu’une FIV classique). Les ovocytes seront vitrifiés en attente de la FIV réalisé avec le sperme du conjoint de la receveuse. Le don étant anonyme et gratuit, l'attente avant un don peut être de deux à cinq ans en France. Les donneuses sont appariées aux couples receveurs en fonction de leur apparence physique (couleur de peau et de cheveu) et de leur groupe sanguin.

 

Quels est le traitement pour le couple receveur?

  • Préparation de  l’endomètre par un traitement hormonal à base d’estrogène oral ou vaginal et de progestérone naturelle.
  • FIV entre ovocytes de la donneuse et spermatozoïde du conjoint de la receveuse
  • Transfert de l’embryon

Voir le parcours don d’ovocyte dans notre centre

 
Le don de sperme

CECOS : 04 67 33 62 99

Dans quelles circonstances peut-on recevoir des spermatozoîdes?

Le don de sperme est indiqué :

  • en l’absence de spermatozoïdes (azoospermie) 
  • après échec de FIVICSI en cas d’OATS sévère.

 

D'où proviennent les spermatozoïdes?

Le don est anonyme et gratuit. Les donneurs ont entre 18 et 45 ans et sont en bonne santé (consultation génétique et vérification sérologiques). Ils sont appariés au couple receveur en fonction de leur apparence physique et de leur groupe sanguin, Le sperme du donneur est traité et sélectionné avant d’être congelé. La congélation permet la finalisation des vérifications sérologiques.


Quels est le traitement pour le couple receveur?

Le don de sperme est réalisé au cours d’une insémination artificielle  avec sperme de donneur (IAD) : stimulation ovarienne douce, déclenchement de l’ovulation et insémination des spermatozoïdes du donneur après décongélation. Au bout de six tentatives d’IAD (le nombre maximum pris en charge par la sécurité sociale), les médecins peuvent changer de méthode et passer à la FIV avec le sperme du donneur.

Voir le parcours Don de sperme dans notre centre

 

L' ACCUEIL D'EMBRYON

L’accueil d’embryon est indiqué en cas d’altération ovocytaire et des spermatozoïdes simultanément.

D'où proviennent les embryons?

Un couple ayant  fait des FIV et ayant des embryons surnuméraires vitrifiés et plus de désir d’enfant peut donner ses embryons à un autre couple.  Le don de sperme et d’ovocyte simultané en France est interdit.

Quels est le traitement pour le couple receveur?

  • Préparation de l’endomètre par un traitement hormonal à base d’estrogène oral ou vaginal et de progestérone naturelle.
  • Transfert de l’embryon

C’est une activité qui n’est pas réalisé au CHU. Nous orientons les quelques couples dans ce cas dans un autre centre.

Il est aujourd’hui possible de proposer aux patients une conservation de leurs gamètes avant traitement potentiellement stérilisant (chirurgie, chimio ou radiothérapie).

  • Chez l’homme : la congélation de sperme est réalisée après prélèvement au CECOS et les spermatozoïdes sont conservés, sans limite de temps, en azote liquide jusqu’à utilisation.
  • Chez la femme : les progrès effectués ces dernières années permettent désormais la congélation « ultra-rapide » ou vitrification, technique garantissant une bonne récupération de la qualité ovocytaire à la décongélation. Le recueil des gamètes est effectué, en collaboration avec l’équipe gynécologique, par ponction chirurgicale des ovaires après un traitement hormonal de stimulation.

 

Médecins à joindre pour une préservation de fertilité chez l’homme : 
Dr Vanessa LOUP-CABANIOLS (04 67 33 62 99
Médecins à joindre pour une préservation de fertilité chez la femme : 
Dr Vanessa LOUP-CABANIOLS (04 67 33 62 99)
Dr Sophie BRINGER-DEUTSCH (04 67 33 64 81)

Le traitement du cancer de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte jeune s’est considérablement amélioré durant les dernières décennies. La possibilité de mener à bien un projet parental est un élément essentiel de la qualité de vie à distance des traitements du cancer et devient aujourd’hui une vraie préoccupation des patients, de leurs familles et des équipes médicales.

Des stratégies de préservation de fertilité peuvent être mises en œuvre avant l’instauration des traitements grâce aux récentes évolutions de la médecine et biologie de la reproduction. Une collaboration pluridisciplinaire entre les oncologues et les équipes de médecine et biologie de la reproduction est recommandée.

Réduire les effets secondaires des traitements constitue un enjeu majeur du plan cancer pour une meilleure qualité de vie des personnes touchées. L’objectif du dernier plan cancer 2014–2019 est

d’assurer un égal accès des patientes sur le territoire aux plateformes clinico-biologiques de préservation de la fertilité.

L’article L. 2141-11 de la loi de bioéthique mentionne que

Toute personne dont la prise en charge médicale est susceptible d’altérer la fertilité, ou dont la fertilité risque d’être prématurément altérée, peut bénéficier du recueil et de la conservation de ses gamètes ou de ses tissus germinaux, en vue de la réalisation ultérieure, à son bénéfice, d’une assistance médicale à la procréation, ou en vue de la préservation et de la restauration de sa fertilité.

Adresser les patientes, les couples, en consultation de préservation de la fertilité avant d’initier un traitement anticancéreux est désormais une obligation. La loi de bioéthique, du 7 juillet 2011, autorise la vitrification de gamètes et d’embryons, offrant ainsi une amélioration des chances de grossesse pour ces patientes après guérison. Différentes stratégies de préservation de la fertilité peuvent être proposées :

  • Suppression ovarienne par agoniste de la gonadotrophin releasing hormone (GnRH) : 
    Il s’agit d’un traitement mettant les ovaires au repos le temps de la chimiothérapie (1 injection intramusculaire tous les 3mois)
  • Vitrification embryonnaire : 
    Elle peut être réalisée lorsque le couple avait un désir de grossesse déjà présent au moment du diagnostic de cancer. Une FIV classique est réalisée et les embryons sont vitrifiés en attendant le feu vert du cancérologue pour le transfert. Sa réalisation est possible si la chimiothérapie ne débute pas immédiatement.
  • Vitrification ovocytaire : 
    Sa réalisation est possible si la chimiothérapie ne débute pas immédiatement. Un stimulation ovarienne identique à celle d’une FIV (protocole antagoniste) est réalisée pendant une dizaine de jour avant le déclenchement de l’ovulation. 36H après le déclenchement les ovocytes sont recueillis par ponction par voie vaginale sous anesthésie locale sédation ou générale et sont immédiatement vitrifiés. Ils pourront être ensuite utilisés sous condition du feu vert de l’oncologue.
  • Congélation lente de cortex ovarien : 
    Elle consiste à prélever par cœlioscopie un ovaire ou une partie d’ovaire. Celui-ci est morcelé et congelé. En cas d’insuffisance ovarienne post chimiothérapie, les fragments ovariens pourront être greffés. Plusieurs grossesses ont été obtenues par cette technique en France. Cette technique est indiquée si la chimiothérapie est extrêmement gonadotoxique et que la stimulation pour vitrification ovocytaire ne peut être réalisée (enfant, pas de  délai possible avant chimio). Elle ne pourra pas être réalisée s’il existe un risque de réintroduction de cellules malignes lors de la greffe).
  • Transposition ovarienne :
    Elle est indiquée parfois en cas de radiothérapie pelvienne pour éviter une irradiation d’un ovaire. Elle se réalise par cœlioscopie. D’autres pathologies hors cancérologie peuvent altérer prématurément la fertilité. En effet des chirurgies itératives ovariennes ou des insuffisances ovariennes prématurées peuvent être une indication de préservation ovocytaire.

Une réunion multidisciplinaire est nécessaire dans chaque situation pour statuer sur l’intérêt, sur la balance bénéfice-risque à réaliser une préservation et laquelle.  En effet toutes les chimiothérapies n’ont pas la même toxicité ovarienne.

 

Plusieurs pathologies du tractus génital féminin peuvent être responsables d’infertilité :

  • L’obstruction proximale des trompes
  • L’obstruction distale des trompes
  • Les fibromes
  • Les synéchies
  • Les cloisons utérines
  • L’endométriose

 

Voir le parcours chirurgie dans notre centre

 

    Quand l’enfant ne vient pas « naturellement », il s’agit toujours d’une souffrance. Aucun couple ne souhaite avoir recours à la médecine pour devenir parents. Si c’est une chance de pouvoir bénéficier des progrès techniques qui permettent la Procréation Médicalement Assistée, ceux-ci viennent néanmoins bouleverser la vie intime des couples.

    Aussi, nous vous proposons un accompagnement psychologique afin d’humaniser une prise en charge médicale qui, par certains de ses aspects, demeure très technique. Celle-ci va, de plus, vous demander une grande implication. L’infertilité, le recours à la PMA, les progrès de la médecine dans ce domaine entraînent beaucoup de questions et de doutes. Pourquoi nous ? Serons-nous parents un jour ? Sommes-nous vraiment prêts à être parents ? Comment continuer à y croire quand les tentatives de F.I.V. ne donnent pas lieu à une grossesse ? Comment parvenir à vivre avec l’attente quand la prise en charge se compte en mois, parfois en années ? Et si l’enfant n’arrivait jamais ? Telles sont les questions que se posent les couples confrontés à l’infertilité.

    En parler librement et ouvertement à un professionnel est un soutien précieux. Les entretiens psychologiques peuvent vous aider à aborder les protocoles de PMA avec une plus grande sérénité et à rester confiants malgré les moments de découragement.

    La consultation avec la psychologue est possible à tout moment de la prise en charge.
    Vous pouvez prendre rendez-vous avec Gaëlle de Decker au numéro suivant :
    06 03 99 08 95 (entretien individuel ou en couple, suivi possible)

     

    Présentation de l’acupuncture

    L’acupuncture est une branche de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Cette médecine ancestrale est aujourd’hui une spécialité reconnue par l’ordre des médecins et des sages-femmes.
    Pour la MTC, la santé correspond à un état d’équilibre dynamique. Basée sur une analyse globale (physique, relationnelle et psychologique) du fonctionnement de l’individu, tous les symptômes de la patiente sont pris en considération. 
    L’acupuncture dans le domaine de la gynécologie et de l’infertilité a une action sur la modulation des facteurs neuroendocriniens, l’augmentation du flux sanguin ovarien et utérin, la modulation du système immunitaire, la réduction du stress et de l’anxiété.

    Indications

    Prise en charge complémentaire de l’infertilité : 

    • L’acupuncture favorise la vascularisation des organes reproducteurs, afin de créer de meilleures conditions pour l’implantation et la nutrition de l’embryon.
    • Elle peut également agir sur la qualité de la glaire cervicale ainsi que sur la muqueuse utérine. 
    • L’acupuncture contribue à diminuer le stress et l’anxiété.
    • L’acupuncture permet de réduire les effets secondaires de certains traitements médicaux. 
    • Elle est indiquée en cas de troubles du sommeil, et troubles du transit.

    Prise en charge complémentaire de la douleur dans le cadre de l’endométriose : 

    • L’acupuncture contribue à régulariser le cycle menstruel et apaiser les douleurs menstruelles. 

     

    Déroulement d’une séance

    Ces consultations sont assurées le vendredi par une sage-femme de la maternité titulaire du Diplôme inter-universitaire d’acupuncture Obstétricale de la faculté de médecine de Nîmes.

    • Interrogatoire complet et détaillé
    • Installation confortable de la patiente.
    • Mise en place des aiguilles, laissées  en    place entre 10 et 30 minutes.
    • Une séance d’acupuncture dure 45 minutes, c’est un temps pour se poser et prendre soin de soi.

     

    L'équipe de Sage Femmes acupunctrices

    Sont titulaires du DIU Acupuncture : Claire Abdou, Marie Calvet, Lucie Canonge, Sarah Desesquelles, Maryline Ferron, Véronique Masia. 

    Prise de RDV au 04 67 33 64 52