Prise en charge psychologique des femmes atteintes de cancer

Prise en charge psychologique des femmes atteintes de cancer

CHIRURGIE GYNÉCOLOGIQUE ET MAMMAIRE

Centre SLA/ Hôpital Arnaud de Villeneuve /Hôpital Gui de Chauliac

Prise de rendez-vous 04 67 33 02 81

 

Le rôle du psychologue, bienveillant et contenant, a toute sa place dans ce type de prise en charge. La qualité de son écoute et le soutien apporté pourra avoir des effets dans les choix et les décisions que la patiente aura à prendre pendant cette période de la maladie. Cette position transversale, entre les différents intervenants, constitue donc une vraie relation d'aide.

La consultation d'annonce : le premier contact entre le psychologue et la patiente.

Dans le cadre de la prise en charge des patientes atteintes de cancer gynécologique (sein, utérus, ovaires…), les modalités d'intervention du psychologue peuvent se situer à plusieurs niveaux.
L'objectif de la consultation d’annonce, le plus précocement possible, est de permettre aux patientes d'établir un premier contact. Cette première rencontre est aussi l'occasion de créer un lien de confiance, et ainsi de favoriser dans les différentes étapes à venir, une meilleure observance du projet de soins.
Suite à l'annonce du diagnostic de cancer dont le pronostic peut être incertain, voire engagé, le travail d'étayage auprès des femmes, peut les aider à cheminer et à élaborer cette expérience de la maladie grave. Qu'elles soient déjà mères ou pas encore, les encourager et soutenir ce projet de grossesse, fait partie des missions de chacun des soignants concernés par cette prise en charge.

Une attention particulière portée à la question de la fertilité

Ces prises en charges complexes où se mêlent les aspects chirurgicaux, les traitements de chimiothérapie ainsi que la radiothérapie sont très anxiogènes. Face à une réalité difficilement supportable, l'expression d'idées noires, devient alors très élevé. 
Dès lors, savoir qu’il est possible de préserver leur fertilité jusqu’après la maladie et au-delà des traitements, prend tout son sens pour les jeunes femmes atteintes de cancer. La perspective de pouvoir donner la vie dans un futur plus au moins proche leur permet souvent d’appréhender la maladie en restant du côté de la vie. 

L'entretien clinique initial : une écoute attentive des émotions de la patiente

L'entretien clinique initial proposé dans ce contexte est raisonnablement, rarement inférieur à une heure. Durant cet entretien, le psychologue prend le temps nécessaire pour accéder à la connaissance de la personne qu'il rencontre, et ce, dans sa globalité.

Par le biais d'une écoute attentive, son rôle est aussi d'entendre la souffrance de la personne malade, afin de mieux l'appréhender. Face au choc traumatique et aux effets d'annonce, l'ensemble des éléments du diagnostic peuvent être repris en tenant compte de la singularité de la personne concernée. 
Au fur et à mesure de ces échanges, on se donne ainsi les moyens d'accéder peu à peu au monde de l'autre, au travers de la découverte de son histoire de vie, tout en prêtant attention à chacune de ses dimensions : psychique et psychologique, physique et cognitive.

La mise en place d’un suivi psychologique régulier  

Les informations issues de cette (ces) rencontre(s) permettent de s'entendre avec la patiente et éventuellement, ses proches, sur les modalités de prise en charge psychologique tout au long de son suivi. Il peut s'agir d'un accompagnement plus ou moins régulier, quotidien (lorsque la patiente est hospitalisée), hebdomadaire, mensuel, trimestriel, voire parfois uniquement ponctuel suivant les besoins et la demande du patient.

Il s'agit donc bien d'un "contrat" thérapeutique qui doit pouvoir s'adapter au cas par cas.
Au-delà de l'importance du lien établi entre le psychologue et la patiente, pour faire face à la maladie et ce qu'elle implique, l'aide psychologique peut contribuer à redonner du sens à la vie.

Prise en charge psychologique des femmes atteintes de cancer

La psychologue du service propose de rencontrer les patientes dès l'annonce du diagnostic si la patiente en fait la demande. Celle-ci peut aussi être orientée par le médecin ou par l'infirmière d'annonce. Ensuite, trois temps de prise en charge :

  • Au moment de l'hospitalisation pour une chirurgie
  • Pendant la durée des traitements. Consultations externes plus ou moins régulières en fonction des besoins de la patiente
  • Après les traitements. Poursuite des entretiens possible en accord avec la patiente qui entame alors un travail de remaniement psychique plus en profondeur de type psychothérapie.

La prise en charge de l'entourage, des enfants notamment, est ponctuelle. Une orientation vers des intervenants extérieurs est toutefois prévue.

Psychologue référente : Sandra ROY-BELLINA
s-roy@chu-montpellier.fr
Bureau:  04 67 33 72 37
Hôpital Arnaud de Villeneuve, secrétariat de consultations : 04 67 33 02 81