Recherche

La recherche en neurosciences "dans tous ses états" - 2/2

Les équipes cliniques de neurosciences travaillent sur l’ensemble des pathologies neurologiques mais également sur les pathologies psychiatriques et neurosensorielles. Elles illustrent particulièrement l’excellence de la recherche menée en neurosciences sur Montpellier.
Nous vous présentons les travaux menés dans le Département Urgences et Post-Urgences Psychiatriques dirigé par le Pr. Courtet.

Publié le

Service : Urgence et Post-urgence psychiatrique

La recherche en psychiatrie : une voie d'espoir pour les conduites suicidaires et les troubles alimentaires

En France, le suicide tue trois fois plus que les accidents de la route ; il est l'une des principales causes de mortalité des 15-24 ans. Il s'agit donc d'un problème majeur de santé publique dont la prévention devrait toujours être une priorité. Jusqu'à maintenant, le suicide était toujours considéré comme secondaire à un certain nombre de maladies psychiatriques : dépression, troubles bipolaires et la schizophrénie …  Désormais, le suicide est abordé comme une maladie psychiatrique à part entière. 

Le Département Urgences et Post-Urgences Psychiatriques du CHU de Montpellier est internationalement reconnu pour ses travaux de recherche dans le domaine des conduites suicidaires. 

Trois axes se dégagent dans les travaux de cette équipe : 

Décrire le phénomène suicidaire en identifiant divers profils cliniques de personnes à risque et en évaluant le rôle de facteurs environnementaux tel que l'isolement social. 

Mieux comprendre les bases biologiques des comportements suicidaires en utilisant des mesures biologiques, des techniques de neuro-imagerie et des analyses génétiques. Ainsi, des anomalies de prise de décision sous-tendues par certaines régions cérébrales et le rôle de l'inflammation ont été impliqués dans les conduites suicidaires. 

Mieux soigner les personnes présentant des idées de suicide ou ayant fait une tentative de suicide en améliorant les prises en charge et en innovant dans les thérapeutiques. 

Un autre axe de recherche de l'équipe porté par le Pr Sébastien GUILLAUME concerne les troubles des conduites alimentaires (anorexie, boulimie).  

Dans une approche multidisciplinaire menée en collaboration avec les Départements d'Endocrinologie, Diabète, Nutrition et de Médecine Nucléaire, sont étudiés les marqueurs cliniques, neuropsychologiques, génétiques et épigénétiques des différents troubles des conduites alimentaires ainsi que leurs conséquences sur le comportement alimentaire ou le tissu osseux.  L'équipe travaille également à la mise en évidence de nouvelles approches  par neurostimulation cérébrale ou via le développement de psychothérapies innovantes.

 


Le Projet EMMA  (Ecological Momentary Mental Assessment)



L'équipe du Pr Philippe COURTET, en lien avec les équipes des CHU de Besançon, Brest, Créteil et Lille, développe actuellement une application « l'app » pour smartphone destinée à l'évaluation du risque suicidaire en vie quotidienne et en temps réel. L'objectif de la 1ère étude est de créer un algorithme prédictif du risque de survenue d'un évènement suicidaire. La 2ème étude prospective doit valider l'efficacité prédictive de l'algorithme. En parallèle, bénéficiant du phénotypage digital des patients permis par l'app, une collection biologique (ADN, ARN, sérum) sera constituée afin de permettre l'identification de biomarqueurs de risque suicidaire.

L'app a été développée en collaboration avec le Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (Pr J. AZE). Le programme de développement de l'app et les études cliniques sont financés par la Chaire de Prévention des Conduites Suicidaires de la Fondation Fondamental (Pr Ph. COURTET).