Fertilité et cancer

 

Fertilité et cancer

GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE   

Hôpital Arnaud de Villeneuve    
Médecine de la Reproduction :      tel:  04 67 33 64 81      fax:  04 67 33 70 14
CECOS :  tel:  04 67 33 62 99      fax:  04 67 33 59 49 
Biologie de la Reproduction :  tel:  04 67 33 64 04      fax:  04 67 33 62 90

 

Aujourd’hui, les progrès thérapeutiques en matière de cancer ont énormément progressé et permettent aux patient(e)s d'envisager l'avenir à long terme. Ces traitements anti cancéreux peuvent avoir un impact sur la fertilité en entrainant une baisse de la réserve ovarienne chez les femmes et une destruction des spermatozoïdes chez l’homme. Le combat pour la vie implique aussi de pouvoir vivre bien après le cancer et de ce fait prendre en compte la fertilité des patient(e)s. Les progrès accomplis dans le domaine de l'assistance Médicale à la procréation peuvent aujourd'hui apporter une réponse dans certains cas.

Qu’est-ce que l’oncofertilité ?

L'oncofertilité est une discipline qui réunit les spécialistes de la fertilité (Cliniciens et Biologistes) et Oncologues; elle vise à préserver la fertilité des patient(e)s jeunes atteintes  d'un cancer dont le traitement envisagé serait potentiellement stérilisant.
C'est une obligation aujourd’hui médico-légale d'informer ces patient(e)s sur le risque d'infertilité  liée à leur traitement et de leur proposer dans la mesure du possible une technique adaptée.

Toute personne dont la prise en charge médicale est susceptible d’altérer la fertilité, ou dont la fertilité risque d’être prématurément  altérée, peut bénéficier du recueil et de la conservation de ses gamètes ou de ses tissus germinaux, en vue de la réalisation ultérieure, à son bénéfice, d’une assistance médicale à la procréation, ou en vue de la préservation et de la restauration de sa fertilité.

Article L. 2141-11 de la loi de Bioéthique

Quelles sont les principales techniques de préservation de la fertilité ?

La congélation des spermatozoïdes

Il s’agit d’une technique simple, appliquée avec succès depuis de nombreuses années et importante à mettre en œuvre rapidement avant les effets délétères de la maladie ou des traitements.

La congélation d’ovules matures

Idéale pour les femmes célibataires ou en couple sans projet parental, ne peut être envisagée qu’après une stimulation ovarienne. Les seules limites sont la nécessité que la patiente soit en activité génitale et suffisamment jeune pour que les ovocytes de qualité suffisante puissent être recueillis.

Il faut savoir que la durée de congélation n’influe pas sur la qualité des ovules prélevés. Bien entendu, le fait d’avoir congelé des ovules ne garantit pas l’obtention d’une grossesse à l’avenir. Plus le nombre d’ovules recueillis est important, plus les chances de grossesses seront grandes.
Contrairement à l’homme pour lequel le sperme se congèle facilement et depuis longtemps, la délicate congélation des ovules a longtemps freiné la préservation de la fertilité. La vitrification, nouvelle technique de congélation, a révolutionné nos pratiques en matière de préservation de la fertilité chez la femme puisqu’elle donne de bien meilleurs résultats.

La congélation embryonnaire

Elle concerne les couples ayant un projet parental. Il s’agit d’une préservation de la fertilité du couple et non de la patiente elle-même et ces embryons ne pourront être utilisés qu’avec l’accord des 2 membres du couple. En cas de séparation du couple, les embryons ne pourront jamais être utilisés.

Après stimulation ovarienne, les ovules prélevés sont mis en fécondation avec les spermatozoïdes du conjoint et quelques jours plus tard, les embryons sont congelés. Ceux-ci pourront être conservés plusieurs années sans que la durée de conservation n’interfère sur la qualité embryonnaire.

La cryopréservation de tissu ovarien

Elle est actuellement la seule technique possible chez les petites et jeunes filles n’ayant pas fait leur puberté, la stimulation ovarienne dans  ce cas précis étant impossible. Elle peut être également envisagée si le traitement anti cancéreux doit être débuté en urgence sans laisser le délai imparti pour une stimulation. L’objectif est de prélever un ovaire ou des fragments ovariens avant le traitement du cancer pour éviter l’exposition de celui-ci aux traitements chimio toxiques.

Après guérison, ces fragments d’ovaires, préalablement décongelés, pourront être greffés chez la patiente dans le but d’obtenir soit une grossesse naturelle soit une grossesse après fécondation in vitro. Peu de grossesses ont été obtenues dans le monde à ce jour (une cinquantaine, dont 4 en France) mais il s’agit d’une technique porteuse d’espoir, (autorisée par la loi de bioéthique du 6 aout 2004) qui va être amenée à se développer dans les années à venir.

Quelle est la procédure au CHU ?

Toute personne dont le traitement envisagé présente un risque potentiel pour sa fertilité doit être informée des risques potentiels et être adressée en consultation d’oncofertilité.
Une consultation spécifique a été mise en place dans le département de Médecine et Biologie de la Reproduction au CHU de Montpellier.
Selon le degré d’urgence, le(a) patient(e)  est reçu dans des délais très rapides pour éviter tout retard de prise en charge du cancer.

Durant l’entretien, les spécialistes de la fertilité informent les patientes du risque lié au traitement anticancéreux notamment le risque d’insuffisance ovarienne prématurée et proposent dans la mesure du possible, au cas par cas, une technique adaptée à leur âge et selon le degré d’urgence.

Le temps  d’information du patient est essentiel et il est d’autant plus important qu’il faut à la fois dire la vérité, ménager l’espoir et donner des explications techniques précises, le tout dans un contexte émotionnel qu’il est facile d’imaginer.    
Dans ce cadre, sont à disposition :

  • un secrétariat dédié à la préservation de la fertilité.
  • des consultations hebdomadaires cliniques et biologiques afin de recevoir en urgence, ces femmes, hommes ou couples désireux de préserver leur fertilité.
  • une équipe de  sages-femmes et une  psychologue.

Toute décision de préservation de fertilité est une décision collégiale et pluri-disciplinaire, discutée au cas par cas avec l'ensemble de l'équipe médicale.

Qui est concerné ?

Les indications sont multiples chez les hommes et les femmes, d’ordre la plupart du temps oncologiques mais aussi en cas de pathologies bénignes entrainant une stérilité (ovariectomie bilatérale par exemple) ou maladie rhumatologique résistante au traitement habituel, nécessitant une chimiothérapie.
Les enfants mêmes très jeunes peuvent être exposés à des chimiothérapies essentiellement en cas de leucémie et la préservation de la fertilité doit aussi être abordée.
Les cancers gynécologiques constituent une part importante de nos demandes de préservation de la fertilité.
Les oncologues doivent avoir le réflexe de nous adresser toutes les patientes en âge de procréer jusqu’à l’âge de 40 ans environ.

Où puis-je bénéficier de cette prise en charge ?

Le CHU de Montpellier possède une unité de cancérologie de la femme. Le Dr Sophie BRINGER DEUTSCH, gynécologue et médecin de la Reproduction au CHU s’occupe de l’oncofertilité du coté clinique.
Son service travaille en collaboration avec le laboratoire de Biologie de la Reproduction (Pr Samir Hamamah )  et le CECOS (Centre d’Etude et de Conservation des œufs et du Sperme humains; DR Vanessa Loup) en charge de la conservation des ovules, embryons, spermatozoïdes  et tissu ovarien.

Quelques chiffres :

Depuis 2011, il y a eu 200 demandes de préservation de la fertilité avec une demande croissante depuis ces 2 dernières années. Le cancer du sein représente 30% des demandes.
A ce jour, il existe 1 seule plateforme d'oncofertilité en Languedoc-Roussillon, celle du CHU de Montpellier, cette activité est amenée à augmenter et se développer dans les mois et années à venir et constitue une priorité pour le Plan Cancer.

Oncofertilité Dr Sophie BRINGER-DEUTSCH
Prise de Rendez-vous (hôpital Arnaud de Villeneuve) 04 67 33 64 81                   

Certains traitements du cancer notamment les cancers gynécologiques peuvent induire une baisse de la fertilité, voire une stérilité chez la femme en âge de procréer. Il peut être envisagé, dans certains cas, une prise en charge spécifique de préservation de la fertilité. Notre centre clinico-biologique d'Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Montpellier offre aujourd'hui la possibilité d'une  prise en charge de ces patientes par une équipe pluridisciplinaire spécialisée (gynécologues, biologistes, et psychologues). Notre objectif est de pouvoir offrir à certaines de ces patientes  la possibilité d'accès à l'autoconservation de gamètes ou de tissu germinal avant traitement  potentiellement stérilisant, et ce dans des délais compatibles avec la prise en charge oncologique (contexte de « semi-urgence ») mais également d'aborder avec elles la question de la fertilité post traitement.

Dans ce cadre, ont été mis en place:

  • des consultations hebdomadaires cliniques et biologiques spécialisées dans la préservation de la fertilité
  • une équipe multidisciplinaire: biologiste de la reproduction, gynécologues, psychologues, anesthésistes et sages femmes en concertation avec l'équipe d'oncologie
  • une fiche de renseignement à remplir par le médecin oncologue référent et à adresser avant toute consultation d'oncofertilité par fax

Secrétariat Médecine de la Reproduction: 04 67 33 64 81
Secrétariat Biologie de la Reproduction-CECOS: 04 67 33 62 99
Médecine de la Reproduction, Pr Bernard HEDON
Dr Sophie BRINGER-DEUTSCH Prise de Rendez-vous au 04 67 33 64 81 Fax 04 67 33 70 14 Hôpital Arnaud de Villeneuve
Biologie de la reproduction, Pr Samir HAMAMAH
Dr Vanessa LOUP / Dr Alice FERRIERES Secrétariat de biologie de la reproduction: 04 67 33 64 04 Fax: 04 67 33 62 90.
Numéro de fax du CECOS: 04 67 33 59 49