CANCER DE L'OVAIRE

Cancer de l'ovaire

Etude pré-clinique de la vaccination péritonéale par bevacizumab dans les carcinoses péritonéales d’origine ovarienne.

Les cancers de l’ovaire se présentent le plus souvent à un stade avancé ou la maladie est étendue à l’ensemble de la cavité abdominale (au péritoine). Malgré des chirurgies extensives et une sensibilité des tumeurs à la chimiothérapie initialement, de nombreuses patientent présentent une récidive nous poussant à chercher de nouvelles pistes thérapeutiques.

Notre équipe est spécialisée dans la biologie du péritoine et notamment dans l‘interaction entre les cellules tumorales et les cellules péritonéales.

Dans cette étude parue dans la revue de référence pour les cancers de la femme (Gynecologic oncology) nous développons une nouvelle approche originale. Nous utilisons un anti-angiogénique (détruisant les vaisseaux qui nourrissent les tumeurs) en vaccination péritonéal. Notre approche permet au péritoine de produire lui-même cet anticorps bloquant. Dans cette étude pré-clinique utilisant des modèles murins de carcinose péritonéale nous montrons l’innocuité de cette stratégie et notre capacité à réduire la croissance tumorale et obtenir un meilleur contrôle de la tumeur après une chimiothérapie. Nous montrons ici que la vaccination péritonéale peut être une nouvelle piste thérapeutique à développer dans les carcinoses péritonéales d’origine ovarienne. De nombreuses questions restent à résoudre avant d’appliquer ces techniques à nos patientes.

 
 AAV-mediated persistent bevacizumab therapy suppresses tumor growth of ovarian cancer.
Xie Y, Hicks MJ, Kaminsky SM, Moore MA, Crystal RG, Rafii A.
Gynecol Oncol. 2014 Aug

Le rôle des cellules endothéliales activées dans la résistance au bevacizumab (avastin) et la constitution d’une niche tumorale.

Ces dernières années le rôle de la néoangiogenèse (la création de nouveaux vaisseaux sanguins) dans la croissance tumorale a été bien démontrée. Ces nouveaux vaisseaux sont constitués de cellules endothéliales.

Notre équipe est spécialisée dans l’étude de ces cellules et leur interaction avec les cellules tumorales des cancers du sein et de l’ovaire.

Plusieurs anti-angiogéniques sont actuellement utilisés pour traiter les patientes, le plus efficace le bevacizumab (avastin) permet de prolonger la survie des patientes cependant les patientes développent une résistance à ce médicament. Dans une étude publiée par notre équipe dans Molecular Cell Therapy (un des journal de l’Association americaine de recherche en cancérologie)  nous avons pu montrer que les cellules tumorales et les cellules endothéliales communiquent ensemble. Cette communication se fait par l’intermédiaire d’un facteur de croissance secrétée par les cellules tumorales (le FGF (facteur de croissance des fibroblastes)). La présence de ce facteur de croissance « active » les cellules endothéliales et les rend résistant au bevacizumab in vitro. Nous avons ainsi pu montrer que le blocage de ce facteur de croissance permet de restaurer l’efficacité du bevacizumab. L’interruption du dialogue entre cellule tumorale et endothéliale pourrait améliorer l’efficacité de l’Avastin.

Akt-activated endothelium constitute the niche for residual disease and resistance to bevacizumab in ovarian cancer. Guerrouahen BS, Pasquier J, Abu Kaoud N, Maleki M, Beauchamp MC, Yasmeen A, Ghiabi P, Lis R, Vidal F, Saleh A, Gotlieb WH, Rafii S, Rafii A. Mol Cancer Ther. 2014 Oct