Histoire

Lieu historique d'exercice de la médecine, avec la plus vieille faculté du monde occidental toujours en activité, Montpellier a toujours été profondément marquée par l'histoire de ses hôpitaux.

1000 ans d'histoire

Lapeyronie, Saint Eloi, Gui de Chauliac, Arnaud de Villeneuve... autant de noms illustres, qui résonnent aujourd'hui, aux oreilles des Montpelliérains, comme des lieux d'exercice d'une médecine d'excellence, à laquelle ils sont profondément attachés. 

Ecrire l'histoire des hôpitaux de Montpellier c'est d'abord écrire l'histoire de la ville et de ses habitants.

Les hôpitaux médiévaux sont nés dans une cité marchande et répondent à la nécessité de soigner les nombreux pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, de Rome ou de Jérusalem, mais aussi à celle de les filtrer et de les empêcher de provoquer des désordres publics ou de propager de redoutables épidémies.

Les guerres de religion aboutissent à la destruction de nombreux hôpitaux, souvent d'obédience catholique et au rapatriement au centre ville du plus important d'entre eux, l'hôpital Saint Eloi.

A la révolution, le pouvoir hospitalier passe aux mains de la municipalité. La Faculté de médecine se voit confier la gouvernance des grandes cliniques médicales et chirurgicales, lieux de soins et d'enseignement de la médecine.

Cette étroite collaboration hospitalo-universitaire trouvera son aboutissement dans la création, en 1958, des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU).

Au début du XXIe siècle, les Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) sont devenus d'énormes entreprises directement placées sous le contrôle de l'Etat, instruments privilégiés d'une politique de santé publique.

Extraits de :  LES HÔPITAUX DE MONTPELLIER MILLE ANS D'HISTOIRE
de Robert DUMAS et avec la collaboration de Marie-Sylvie GRANDJOUAN et Bernard BARRAL
Paru le 23 octobre 2012 chez Sauramps (ISBN 9782840238508)