Recherche

L’automatisation du traitement par l’insuline des patients diabétiques : une success story Montpelliéraine

Depuis quarante ans, les équipes de diabétologie du CHU ont orienté leurs travaux de recherche vers la mise au point de pompes implantables et de systèmes d’insulinothérapie de plus en plus automatisés. Retour sur une avancée médicale majeure.

Publié le

Service : Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

L'insuline : un traitement indispensable
L'insuline est utilisée depuis des décennies chez les patients diabétiques. Le contrôle quotidien de la glycémie permet de moduler les doses d'insuline administrées le plus souvent par voie sous-cutanée. Ce traitement indispensable pour éviter les conséquences vasculaires et neurologiques du diabète est très contraignant pour les patients.
 

L'expertise internationalement reconnue de l'équipe du Pr Eric Renard s'appuie sur les compétences acquises au cours des quatre dernières décennies :

 Le Pr Jacques Mirouze, fondateur de l'école de Diabétologie de Montpellier, avait eu d'emblée une double intuition : la voie d'administration sous-cutanée de l'insuline était trop éloignée de la physiologie de la régulation de la glycémie pour donner toute satisfaction. Pour lui, la lourdeur quotidienne du contrôle de la glycémie et de l'adaptation de l'insulinothérapie devait être allégée par des dispositifs automatisés.

Le Dr Jean-Louis Selam a pour sa part démontré que la voie intra-péritonéale était plus efficace que la voie sous-cutanée classique. 

Le Pr Jacques Bringer a quant à lui été pionnier dans la mise en place des pompes externes à insuline. 

Depuis les années 1990, le Pr Eric Renard et son équipe affinent le concept avec la mise au point de pompes implantables permettant de délivrer l'insuline directement en intra-péritonéal. Cette avancée s'est avérée décisive pour les patients qui alternent hyper- et hypoglycémies. A ce jour, 350 patients dans le monde sont équipés de ce dispositif dont plus de 100 à Montpellier, ce qui en fait la plus grosse file active au monde.

Au début des années 2000, les recherches de l'équipe du Pr Renard portent sur la mise au point de capteurs de glycémie implantés par voie intra-veineuse et reliés à une pompe intra-péritonéale. Les aléas des rachats des firmes industrielles leur ont fait abandonner cette technique. 

 

Quatre premières mondiales dans le domaine de la diabétologie réalisées au CHU de Montpellier : 
•1981 - Implantation d'une pompe à insuline chez un diabétique 
•2002 - Implantation d'un prototype de pancréas artificiel 
•2004 – Premier centre mondial d'implantation de pompes à insuline
•2011 – Première utilisation d'un pancréas artificiel autonome dans la vie courante -Consortium de recherche international.
 

Toutefois, grâce aux liens établis avec l'Université de Virginie et l'Université de Padoue, ils ont pu, en 2006, mettre au point un système semi-automatisé qui relie des capteurs sous-cutanés à une pompe externe perfusant l'insuline en sous-cutané. 

Ce dispositif, utilisé en ambulatoire depuis 2011 a prouvé son efficacité pour améliorer l'équilibre glycémique et l'autonomie des patients représentant ainsi un formidable espoir pour les 200 000 diabétiques de type 1.

 

La collaboration de l'AMTIM
Tous ces travaux ne seraient pas possibles sans l'équipe de l'Aide aux Malades  Traités par Infusion Médicamenteuse, structure associative existant depuis plus de trente ans qui participe activement aux travaux de recherche.