CRPV de Montpellier

Déclarer

Les centres régionaux de pharmacovigilance ont pour mission de surveiller, d'évaluer, de prévenir les risques médicamenteux potentiels ou avérés et de promouvoir le bon usage du médicament. Le site du CRPV de Montpellier est destiné aux professionnels de santé et aux patients de la région Occitanie-Est.

Pourquoi déclarer ?

Après sa mise sur le marché, le médicament est prescrit et administré à de nombreux patients aux caractéristiques diverses (âge, état pathologique, prise d'autres médicaments…) et sur de longues périodes dans le cadre des maladies chroniques.

Ainsi, des effets indésirables médicamenteux non détectés lors du développement du médicament peuvent survenir.

La notification de ces effets indésirables médicamenteux est donc indispensable pour identifier de nouveaux risques et prendre rapidement les mesures nécessaires pour assurer la sécurité d'emploi des médicaments après leur mise sur le marché.

 

 

  

Qui déclare ? Quels effets indésirables déclarer ?

Les professionnels de santé doivent déclarer tous les effets indésirables susceptibles d’être dus à un médicament, qu'ils soient graves ou non et/ou inattendus (article L5121-25 du Code de la Santé Publique loi n°2011-2012 du 29 décembre 2011).

Depuis juin 2011, les patients eux-mêmes ou les associations de patients peuvent aussi déclarer tout effet indésirable susceptible d’être dû à un médicament.

 

 

  

Comment déclarer ?

Si vous résidez dans les départements 11, 30, 34, 48, 66, effectuez votre déclaration au Centre Régional de Pharmacovigilance de Montpellier :

 

Téléchargez et diffusez la fiche Comment déclarer au CRPV Occitanie-Est ?

 

 

Que deviennent vos déclarations ? 

  • Le CRPV recueille les observations d’effets indésirables médicamenteux notifiés par les professionnels de santé et les patients du Languedoc Roussillon. 
  • Dés réception, un accusé de réception vous est envoyé.
  • L’équipe du CRPV analyse, documente et évalue le rôle du médicament dans le cas rapporté. 
  • Durant cette étape, vous pouvez être contacté-e pour des compléments d’information. 
  • A la fin de cette étape, vous êtes informé-e des conclusions de cette évaluation et les informations du cas notifiés sont anonymisées, saisies dans la base nationale de pharmacovigilance et ainsi transmises à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).
  • Les cas d’effets indésirables médicamenteux non connus pour lesquels le médicament est jugé responsable ou la multiplication de notifications de cas similaires entraînent une enquête de pharmacovigilance afin d’évaluer le risque en vue d’éventuelles mesures de précaution.